PERCEPTION DES MEDICAMENTS GENERIQUES PAR LES MEDECINS DES FORMATIONS SANITAIRES DE LA VILLE DE YAOUNDE

Ulrich Landry Lawson (lawson_ulrichlandry@yahoo.com)
Medecine interne, Université de Yaoundé I
June, 2016
 

Abstract

Introduction : Les médicaments génériques sont des copies autorisées des médicaments princeps. Malgré l’intérêt économique qu’il présente, le médicament générique semble souffrir d’une image assez contrastée. Plusieurs faits ont été constatés autour des médicaments génériques. En effet les populations, les professionnels de la santé en particulier les médecins sont méfiants quant à l’utilisation des médicaments génériques. C’est dans cette optique que nous avons entrepris d’évaluer dans une dizaine de formations sanitaires de la ville de Yaoundé, les connaissances des médecins sur les médicaments génériques ainsi que les attitudes et les pratiques qui en découlent.
Objectif : Evaluation des connaissances des médecins des formations sanitaires de la ville de Yaoundé, identifier leurs attitudes ainsi que leurs pratiques face aux médicaments génériques
Méthodologie : Nous avons mené une étude CAP (Connaissances, Attitudes et Pratiques), transversale à visée analytique. Les participants ont été recrutés pendant la période de Janvier 2016 à Avril 2016 dans dix formations sanitaires de la ville de Yaoundé. L’échantillonnage consécutif exhaustif était constitué de 385 médecins. La collecte des données s’est faite à l’aide d’un questionnaire préalablement testé. Il comportait 38 questions ouvertes et fermées. Les scores d’évaluation concernant chaque rubrique (Connaissances, Attitudes, Pratiques) ont été établis selon Essi et al sur l’enquête CAP (Connaissances, Attitudes, Pratiques) en Recherche Médicale. Le traitement des données s’est fait par la version 20.0.0 du logiciel SPSS, la corrélation entre les variables a été évaluée à l’aide du test de Chi-carrée avec une P-value < 0,05.
Résultats : Trois cent quatre-vingt-cinq médecins ont été recrutés dans notre étude, les hommes étaient les plus représentés (n=243, 63.1%) avec pour sex ratio 1.7. Les médecins généralistes étaient les plus nombreux (n=145, 37.7%). La tranche d’âge la plus représentée se situait dans l’intervalle [24ans-34ans] (n=240, 62.30%). Les formations sanitaires les plus représentées selon la répartition des formations sanitaires en fonction de la pyramide sanitaire étaient les hôpitaux de 1ère catégorie. Moins de la moitié des participants à notre étude, soit 44.4% de l’échantillon global a pu donner de façon exacte la définition des médicaments génériques, 57.1% des médecins avaient une connaissance moyenne sur l’existence même des génériques. Dans notre population d'étude, une très grande majorité soit 90.10% (n=347) a pu dire avec exactitude que les génériques proviennent des laboratoires pharmaceutiques. La majorité des médecins soit 81.8% (n=315) déclarait que les médicaments génériques sont de même forme pharmaceutique que les médicaments princeps. Dans notre population d'étude la majorité 89.1% (n=343) des médecins ne connaissait pas les différents types de médicaments génériques qui existent. La principale source d’information des médecins était les visiteurs médicaux 44.20% (n=170).
La quasi majorité 95.30% (n=367) des médecins recrutés étaient plus désireux de recevoir plus d’information sur les médicaments génériques. 255 (66.2%) des médecins répondants pensaient que les médicaments génériques sont moins efficaces que les médicaments princeps et 68.6% (n=264) des médecins pensaient que la qualité des médicaments génériques est significativement inférieure à celle des médicaments princeps. Au sein de notre échantillon, une grande majorité soit 87.5% (n=337) des médecins ont pu dire de façon exacte que les médicaments génériques sont moins chère par rapport aux médicaments princeps. Dans notre échantillon, 236 (61.3%) déclaraient faire confiance aux génériques. Des 385 médecins représentés dans notre enquête, 37% (n=142) consommaient parfois les médicaments génériques et 81 (21%) des médecins avaient déjà rencontré un problème avec un générique en particulier. 81% (n=311) des médecins prescrivaient de temps en temps les médicaments génériques. Dans notre échantillon 51.4% (n=198) des médecins n’étaient pas prêts à prescrire les génériques dans le traitement d’une pathologie chronique et 78.7% (n=303) des médecins de notre étude étaient prêts à prescrire les médicaments génériques pour le traitement d’une pathologie aigue. Pour 89.1% (n=343) de notre échantillon les prescriptions des génériques dépendaient du niveau socio-économique des patients.
Conclusion: Malgré tous les scandales liés aux médicaments génériques, les médecins de la ville de Yaoundé font confiance (61.3%, n=236) aux génériques. Pourtant ils possèdent un faible niveau de connaissance sur les médicaments génériques, un niveau de pratique erronée et un niveau de pratique jugée inadéquate. Ainsi la présente étude suggère t- elle une amélioration, de l’accès à l’information des médecins de la ville de Yaoundé sur les médicaments génériques, de la rendre disponible, réfléchir sur une nouvelle réglementation sur les génériques.


********************************************************************************************