Marqueurs biologiques des métabolismes osseux et phosphocalcique chez les patients vivant avec le VIH à l'hôpital central de Yaoundé

Alphonce TABEKOU
Médecine interne et spécialités, université de Yaoundé 1
August, 2016
 

Abstract

Introduction : L’infection par le Virus de l’Immunodéficience Humaine (VIH) reste l’un des principaux problèmes de santé publique ces dernières années. Elle peut être considérée comme une infection systémique dont l’impact sur l’os a été longuement étudié dans la littérature. S’il est bien connu que l’infection par le VIH occasionne une baisse de la densité minérale osseuse, il y’a cependant de nombreuses disparités dans les conclusions faites au sujet de l’association entre cette infection chronique et les marqueurs du métabolisme phosphocalcique et osseux. De telles études, qui évaluent la densité minérale osseuse ou les marqueurs du métabolisme osseux chez les personnes infectées sont rares en Afrique Sub-Saharienne.

Objectif : Evaluer les marqueurs biologiques des métabolismes osseux et phosphocalcique, chez les patients vivant avec le virus de l’immunodéficience humaine sous traitement antirétroviral suivis à l’Hôpital Central de Yaoundé.

Méthodologie: Nous avons mené une étude transversale comparative, incluant les patients vivant avec le VIH sous traitement antirétroviral, à qui étaient appariés selon l’âge, le sexe, la durée de la ménopause et l’indice de masse corporelle (IMC), des individus en bonne santé apparente recrutés dans la population générale. Tous les sujets de l’étude étaient préalablement consentants. Les critères de jugement étaient pour les marqueurs du métabolisme phosphocalcique : le taux de vitamine D, la calcémie et la phosphorémie. Les phosphatases alcalines totales, et le rapport calciurie à jeun sur créatininurie à jeun (Index de Nordin) représentaient les critères de jugement pour les marqueurs du métabolisme osseux. L’analyse statistique était effectuée en utilisant le logiciel S.P.S.S. (Statistical Package for the Social Sciences) 20.0. Le niveau de significativité était fixé à 5%.

Résultats: Quarante sujets (32 femmes et 8 hommes) ont été recrutés de manière consécutive dans le groupe des cas (personne vivant avec le VIH), et quarante dans celui des contrôles (personne saine). Le sex ratio était de 1 :4 en faveur des femmes. L’âge moyen des cas était de 46,0 + 10,2 ans (extrêmes de 29 et 71ans), et pour les sujets contrôles, de 44,8 + 11,90 ans (extrêmes 27 et 74 ans). L’âge moyen au moment du diagnostic était de 35,72 + 10,06 ans et 37,5% soit 15 personnes vivant avec le VIH était diagnostiqué lors d’un dépistage recommandé. Tous nos patients recevaient la trithérapie Antirétrovirale (ARV) : deux inhibiteurs nucléosidique de la transcriptase inverse (Tenofovir et Lamivudine) et un inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse (Efavirenz). La complication sous traitement rencontré dans notre population de personnes infectées était la tuberculose pulmonaire. Tous les patients étaient porteur du VIH-1 et leur taux moyen de CD4 était de 486,4 +/- 220,1 par mm3 avec des extrêmes de 104 et 1118/ mm3. Le taux de vitamine D était inférieur à la normale dans les deux groupes soit dans 39 cas (97,5%) et 37 cas (92,5%) respectivement chez les sujets infectés et chez les sujets sains, dominé par le déficit dans les deux groupes soit 21 cas (52,5%) et 20 cas (50%) respectivement chez les cas et les contrôles. La calcémie était significativement plus basse (32,5%) chez les patients que chez les contrôles (p = 0, 0001). La phosphorémie était significativement élevée chez 37,5% des personnes infectées (p = 0.0001). Pour les marqueurs d’ostéoformation, les phosphatases alcalines étaient élevées dans les deux groupes soit respectivement 35% et 25% chez les personnes vivant avec le VIH et les personnes indemnes sans différence significative. Quant aux marqueurs d’ostéorésorption, l’index de Nordin était élevé chez 25% des cas (p = 0,003). Nous avons noté une association significative entre le taux sérique de PALT (Phosphatases Alcaline Totales) et de CD4 (valeur-p : 0,040), une corrélation inverse entre l’index de Nordin et le taux de CD4. La recherche d’association entre les différents marqueurs biologiques a également permis de déceler une association significative entre la calcémie et l’index de Nordin (p = 0,044). Le taux de phosphore sérique était également significativement associé à celui des phosphatases alcalines totales (p = 0,016). Cependant nous n’avons retrouvé aucune association entre les marqueurs des métabolismes phosphocalcique et osseux et le stade clinique de l’infection, la durée de l’infection ou la durée du traitement.

Conclusion : L’infection par le VIH et le traitement Antirétroviral ont un impact sur les métabolismes osseux et phosphocalciques, par l’altération des marqueurs de la formation et de la résorption osseuse avec une balance en faveur de la résorption. Les facteurs associés à cette influence étaient principalement le taux de CD4.


********************************************************************************************