Association entre le HLA-DRB1 et les manifestations du lupus érythémateux systémique chez les patients suivis à Yaoundé

Muriane Gaëlle NANGUE TIOGOUNG
Médecine interne et spécialités, Université de yaoundé 1
August, 2016
 

Abstract

Introduction : Le lupus érythémateux systémique est une maladie d’origine immunologique dont les causes précises restent inconnues. La survenue d’un lupus résulte d’un terrain génétique favorisant et de l’exposition à un environnement particulier. Il existe une évidence nette d’une susceptibilité génétique dans le lupus érythémateux systémique avec un taux de concordance de (20-40%) chez les jumeaux monozygotes comparé à (2-5%) chez les jumeaux dizygotes et une estimation de l’héritabilité d’environ 66%. Les études d’association ont démontré la présence de facteurs de susceptibilités du lupus dans la région du complexe majeur d’histocompatibilité. Toutefois, cette relation n’est pas bien définie, puisque le degré d’association entre le lupus et les gènes spécifiques de la région du HLA (Human Leucocyte Antigen) varient considérablement d’une population à une autre. De telles études sur l’association entre le HLA et le lupus sont rares en Afrique subsaharienne et aucune étude n’a encore été faite au Cameroun sur ce sujet.

Objectif : Rechercher et décrire l’association entre les allèles du HLA-DRB1 et les manifestations cliniques et paracliniques chez les patients atteints du lupus érythémateux systémique à Yaoundé.

Méthodologie: Nous avons mené une étude cas-témoins de Février à Mai 2016. Elle était constituée d’un groupe des patients atteints du lupus érythémateux systémique et d’un groupe de sujet en bonne santé apparente. Les témoins étaient appariés aux patients par l’âge, le sexe et le groupe ethnique. Cette étude s’était déroulée dans 3 hôpitaux de Yaoundé et au Centre d’Etude et de Contrôle des Maladies Transmissibles de la FMSB. Les patients atteints du lupus étaient recensés, contactés, puis des rendez-vous étaient pris selon leur convenance. Après obtention du consentement éclairé, les manifestations cliniques et paracliniques des patients étaient recueillies à partir de leurs dossiers et un prélèvement sanguin était effectué pour le typage du HLA-DRB1. Les contrôles étaient recrutés dans la population générale avec comme critères d’exclusion : les antécédents personnels ou familiaux de maladie auto-immune, de maladie thromboembolique et d’avortement à répétition. Les prélèvements sanguins étaient effectués chez les contrôles consentants et préalablement examinés. Le typage du HLA-DRB1 s’est fait par la Polymerase Chain Reaction-Sequence Specific Primers (PCR-SSP). La comparaison des proportions du HLA était faite par le test de chi2 et le test exact de Fisher. Le niveau de significativité était fixé à 5%.

Résultats : Nous avons recruté 25 patients atteints du lupus érythémateux systémique et 30 sujets en bonne santé apparente. Dans le groupe des patients lupiques, le sex ratio homme/femme était de 2 : 23; La moyenne d’âge au diagnostic de la maladie était de 30,4±10,6 ans avec des extrêmes de 12 et 52 ans. La médiane de la durée d’évolution de la maladie était de 5ans avec un intervalle interquartile de 2 à 9,5 ans. Les manifestations cliniques les plus fréquentes au cours du lupus dans notre population d’étude étaient : les atteintes rhumatologiques (92%), les manifestations cutanéo-muqueuses (84%), les manifestations rénales (76%) et hématologiques (76%). Les auto-anticorps étaient représentés principalement par : 88% d’Anticorps Anti-nucléaire, 68% les Anti U1RNP, 56% d’anti-Sm. Nous avons étudié 7 allèles du HLA-DRB1. Pour chaque type du HLA-DRB1, les proportions des patients et des contrôles étaient respectivement de : HLA-DRB1*01 (46.7% et 53.3%), HLA-DRB1*03 (42.9% et 57.1%), HLA-DRB1*04 (83.3% et 16.7%), HLA-DRB1*07 (100% et 0%), HLA-DRB1*08 (80% et 20%), HLA-DRB1*15 (36.4% et 63.6%) et HLA-DRB1*16 (80% et 20%). Nous avons retrouvé une association significative entre les allèles HLA-DRB1*04 (p: 0,048 ; OR:7,3 ; IC:1,0 – 66,8), les allèles du HLA-DRB1*07 (p: 0,006) et la survenue du lupus érythémateux disséminé. Le HLA-DRB1*15 avait un effet protecteur contre le survenue du lupus (p: 0,007; OR: 0,1; IC: 0,02-0,6), mais en cas d’apparition de la maladie ces patients avaient un risque élevé d’atteintes cutanéo-muqueuses, rénales, cardiovasculaires, pulmonaires et hématologiques. Le HLA-DRB1*07 avait un effet protecteur contre les manifestations cardiovasculaires (p=0,04) et contre la production des anticorps anti-DNA natifs (p de 0,02). En comparant les HLA-DRB1 des patients lupiques nous avons trouvé une association entre le HLA-DRB1*15 et la production des auto-anticorps bien que cela n’était pas significative. La fréquence des allèles HLA-DRB1*03 et HLA-DRB1*04 était plus élevé- chez les patients avec un âge de début précoce de la maladie mais cette association n’était pas significative.
Conclusion : Il existe une association entre les allèles HLA-DRB1*04, DRB1*07 et la survenue du lupus érythémateux systémique par ailleurs le HLA-DRB1*15 avait un effet protecteur. Le HLA-DRB1*15 était impliqué dans l’atteinte multi-systémique du lupus et la production des auto-anticorps. Le HLA-DRB1*07 avait un effet protecteur contre les manifestations cardio-vasculaires et la production des anticorps anti-DNA natifs au cours du lupus érythémateux systémique.


********************************************************************************************