Effets du traitement non chirurgical de la parodontite chronique sur l'excrétion urinaire d'albumine chez les patients diabétiques de type II

Félicité MAKEM (felicitemakem@yahoo.fr)
Médecine interne, Yaoundé I
June, 2017
 

Abstract

Contexte : De récentes études ont montré que l’excrétion urinaire d’albumine (EUA) est associée à la parodontite chez les patients diabétiques de type 2. L'albuminurie et la parodontite semblent être liées à l'inflammation systémique. L’on ignore cependant si le traitement non chirurgical de la parodontite chronique en réduisant l’inflammation et en contribuant à l’équilibre glycémique, pourrait diminuer l’excrétion urinaire d’albumine chez les sujets diabétiques de type 2.
Objectif : Evaluer l’effet du traitement non chirurgical de la parodontite chronique sur l’excrétion urinaire d’albumine chez les sujets vivant avec le diabète de type 2.
Méthodologie : Nous avons mené un essai clinique non randomisé, à un bras, ouvert au Centre National de l’Obésité de l’Hôpital Central de Yaoundé. Etaient inclus dans cette étude, les patients diabétiques de type 2 ayant une parodontite chronique modérée à sévère définie selon la CDC en fonction de la perte d’attache et la profondeur de poche, une excrétion urinaire d’albumine (EUA) détectable à la néphélémétrie, une HbA1c comprise entre 7-9%. La taille minimale a été estimée à 14 sujets. Chez chaque participant, nous avons effectué un examen parodontal, un examen du profil lipidique, la mesure de l’HbA1c et la mesure de l’excrétion urinaire d’albumine d’abord au repos et après un effort modéré de 30 min calibré sur tapis roulant. Nous avons ensuite réalisé un traitement non chirurgical de la parodontite chronique qui consistait en un détartrage, polissage, surfaçage radiculaire et irrigation des poches à la polyvidone iodée 10% suivi de la distribution de bains de bouche à base de chlorexidine 0,20%. Douze semaines après le traitement, nous avons évalué l’effet sur l’EUA au repos et à l’effort, le profil lipidique, l’HbA1c et les paramètres parodontaux.
Résultats : Au total, 20 patients dont 11 hommes et 9 femmes ont participé à l’étude. A l’inclusion, l’âge médian était de 61,5 [56,25-65,75] ans. Treize participants présentaient une parodontite chronique sévère et 7 avaient une parodontite chronique modérée. A l’inclusion, l’EUA était plus importante chez les patients présentant une parodontite sévère. Le traitement non chirurgical a amélioré significativement les paramètres parodontaux chez tous les patients. Trois mois après le traitement non chirurgical de la parodontite chronique, nous avons noté une baisse significative du taux d’HbA1C. Il est passé de 7,85[7,2-9] à 6,44[5,62-7,72] (p˂0,001). Il y’a également eu baisse significative de l’EUA au repos. Elle est passée de 17,77[2,21-39,34] mg/g à 1,69[0,99-5,1] mg/g (p=0,021). La médiane de l’EUA a l’effort est passée de 35,85[19,82-74,45] mg/g à 12,87[2,45-54,28] mg/g (p=0,145) dans la population global. Mais la différence n’était pas statistiquement significative. La variation de l’EUA au repos était significative chez les patients présentant une parodontite sévère (p=0,028) et chez les patients présentant une EUA au repos comprise entre 30-300 mg/g (p=0,018).
Conclusion : Le traitement non chirurgical de la parodontite chronique chez les patients diabétiques de type 2 non équilibrés a permis en trois mois une réduction de l’excrétion urinaire d’albumine et une diminution de l’HbA1c. Ce traitement pourrait donc jouer un rôle dans la prévention de la néphropathie chez les patients diabétiques de type 2.


********************************************************************************************