Etude descriptive du systeme d'approvisionnement en médicaments essentiels dans la région du Sud Cameroun

Christian NNO (christiannno91@gmail.com)
Pharmacie galénique et législation pharmaceutique, Université de Yaoundé I
June, 2017
 

Abstract

Contexte: L’accessibilité et la disponibilité des produits pharmaceutiques constituent un enjeu majeur de santé publique. La description du système d’approvisionnement en médicament dans la région du Sud Cameroun s’inscrit dans un souci, de permettre aux populations, un accès constant aux médicaments de bonne qualité et à moindre coût.
Objectifs: La finalité attribuée à cette étude était de décrire les mécanismes d’acquisition du médicament dans les établissements sanitaires de la région du Sud Cameroun. Plus précisément, il était question d’identifier les principaux acteurs impliqués dans l’approvisionnement du médicament dans la région du Sud Cameroun, de déterminer les problèmes rencontrés par les établissements sanitaires dans l’acquisition du médicament et de présenter les solutions adoptées par ces établissements sanitaires pour faire face aux difficultés diverses.
Méthodologie : Une étude descriptive a été réalisée auprès des établissements sanitaires de la région du Sud Cameroun du 09 Octobre 2016 au 28 Mai 2017. Etait inclus dans cette étude, tout responsable chargé de la gestion des approvisionnements et des stocks de l’établissement sanitaire enregistré. Un questionnaire structuré a été soumis à la population d’étude. Les interviews sur la base d’une fiche technique se faisaient en langues française et anglaise. L’analyse des données collectées s’est faite à l’aide du logiciel SPSS, version 21.0 couplé au système de gestion Windows, un logiciel affecté à l’analyse des données sociales.
Résultats: Cinquante-quatre établissements sanitaires ont été enregistrés donc neuf dans le département de l’Océan, sept dans le département de la Vallée du Ntem, treize dans le département de la Mvila et vingt un dans le département du Dja Et Lobo. Globalement, l’ensemble des paramètres mesurés a permis de générer les résultats suivants. En ce qui concerne la formation du personnel, 75,9% avaient reçu une formation initiale et 40,7% recevaient des formations continues. 7,4% (4/54) des établissements sanitaires possédaient un accès internet et donc une gestion de stock conforme associant outils manuels et informatiques. En outres, les ruptures de stock étaient la principale difficulté à l’approvisionnement des établissements sanitaires soit 92,6% (50/54) à côté des ruptures d’approvisionnement 22,2% (12/54), des durées de vie du médicaments très proches des dates de péremption 13% (4/54).Les principales causes des ruptures de stock enregistrées étaient successivement les ruptures de stock au niveau du Fond Régional pour la Promotion de la santé 92,6% (50/54), la faiblesse du budget alloué à l’achat du médicament dans la pharmacie hospitalière 48,1% (26/54), la fréquentation irrégulière des établissements sanitaires 25,9% (14/54) et la mauvaise gestion de stock 18,5% Dans la région du Sud, le FRPS assurait la livraison sur site de 7,4% (4/54) des établissements sanitaires et 92,6% (50/54) venaient chercher leur propre approvisionnement au niveau du FRPS donc 79,6% employaient un transport en commun et 13% employaient un véhicule affecté au service de leur structure sanitaire. La durée moyenne de rupture de stock était de 24 jours avec plus de 66% d’établissements sanitaires qui enregistraient plus de 30 jours de rupture de stock. La moyenne annuelle de péremptions était de 1,04%. Le pourcentage des commandes exécutées par le FRPS était de 70%. Le pourcentage des inspections pharmaceutiques était de 25,9% (14/54). Le SYNAME dans son ensemble était inconnu de 28% des gestionnaires de stock. Au niveau du FRPS, on note une absence de cellule de communication. 44,4% (24/54) des établissements sanitaires enquêtés possédaient des espaces de stockage adéquat avec des conditions de stockage acceptable, ainsi 40,7% (22/54) possédaient le matériel nécessaire à la continuité de la chaine de froid, 35% (19/54) avaient une conformité de stockage acceptable et 59,3% respectaient les conditions minimales de stockage adéquates à l’acte pharmaceutique. La LNME était présente dans 53,7% (29/54) des établissements sanitaires et 85,2% (45/54) limitaient leur commande à la LNME. Face à toutes ces difficultés, le FRPS a créé en plus du site principal à Ebolowa, deux dépôts départementaux dans les villes de Kribi et Sangmélima. Les établissements sanitaires à leur tour allaient pour certains s’approvisionner directement à la CENAME et d’autres avaient augmenté leur fréquence d’approvisionnement au niveau du FRPS et ses dépôts. Enfin, les établissements sanitaires de la région faisaient appel aux services des grossistes répartiteurs agréés œuvrant dans la région auxquels ils combinaient un usage plus ou moins adéquat des dons.
Conclusion: Globalement, cette étude sur la description des mécanismes d’approvisionnement en médicaments essentiels auprès des hôpitaux de la région du sud Cameroun montre que malgré les efforts aménagés par le Fond Régional pour la Promotion de la santé, la disponibilité et l’accessibilité des médicaments restent problématique. Un plan de renforcement des capacités des structures du SYNAME et une grande homogénéité du discours des différents acteurs de la santé semble inévitable pour permettre un approvisionnement constant et cohérent en médicament efficaces et à moindre coût.


********************************************************************************************