Evaluation de l'observance du traitement par le methotrexate en rhumatologie à l'Hôpital Central de Yaoundé

Mohamed MFOUAPON (mmohamedyoussouf@yahoo.com)
Medecine interne et spécialités, Université de Yaoundé I
June, 2017
 

Abstract

Introduction : L'avancée de la médecine permet désormais une amélioration évidente de la santé des patients atteints de maladies chroniques. Comme exemple nous pouvons citer les rhumatismes inflammatoires chroniques (RIC). Leur prise en charge est basée sur des résultats d’essais thérapeutiques contrôlés évaluant de nouvelles innovations et stratégies thérapeutiques. Parmi les médicaments synthétiques conventionnels utilisés dans la chimiothérapie de fond des RIC, nous avons en première ligne le methotrexate (MTX). Compte tenu de sa fenêtre thérapeutique étroite et des nombreuses contraintes observées (médicales, psychologiques, socio-économiques), on note une observance thérapeutique encore insuffisante d’où la nécessité de son évaluation. C’est pour cette raison que le présent travail a voulu évaluer l’observance du traitement par le methotrexate chez les patients atteints de RIC et suivis au service de rhumatologie de l’Hôpital Central de Yaoundé (HCY).



Méthodologie : Il s’agissait d’une étude de type observationnelle menée au service de rhumatologie de l’HCY, sur une durée de sept mois (18 Novembre au 31 Mai 2017). Etaient inclus dans l’étude, les patients suivis dans le service pour un ou plusieurs rhumatisme (s) inflammatoire (s) chronique (s) avec un schéma thérapeutique incluant le methotrexate et ayant consenti à participer à l’étude. Etaient exclus les patients n’ayant pas donné leur consentement éclairé, ayant retiré leur consentement éclairé en cours d’étude et les perdus de vue. Nous avons procédé à un échantillonnage consécutif et non probabiliste. La collecte des données s’est faite à l’aide d’une fiche technique préalablement établie. L’analyse statistique s’est faite grâce au logiciel SPSS version 18.0.

Résultats : Au total, nous avons recruté 22 patients dont l’âge moyen était de 47,95 ± 22,10 ans (extrêmes : 10 et 77 ans). Ils étaient majoritairement de sexe féminin avec un sexe ratio de 0,46. Vingt et un patients présentaient une connectivite ; un patient souffrait d’une spondyloarthrite. La polyarthrite rhumatoïde (PR) était la principale connectivite avec 18 cas sur 21. Treize patients (59,09 %) déclaraient être observants à leur traitement et 09 patients (40,91%) non observants. Les principaux motifs de non observance évoqués étaient le coût élevé du médicament (44,42 %), la disponibilité du médicament (33,33 %) et l’oubli de prise (11,12 %). La prise du médicament était hebdomadaire et se faisait principalement le samedi pour des raisons de commodités. Les principales formes galéniques utilisées étaient la forme comprimé (95,50%) et la forme injectable en sous-cutanée (4,50%) et la dose moyenne de MTX administrée était de 13,97 ± 5,03 mg/semaine (extrêmes : 5 et 25 mg). Les principaux traitements de fond associés au MTX étaient l’hydroxychloroquine (18,20%), l’azathioprine (9,10%) et la salazopyrine (4,50%). Les traitements à visée symptomatique comprenaient les antalgiques (paracétamol 68,20%, tramadol 16,60% et l’aspirine 13,60%) et la corticothérapie (40,90%). Les traitements adjuvants comprenaient l’acide folique (100%), des vitamines et minéraux (31,80%) et des antihistaminiques II (13,60%). Les effets indésirables notifiés étaient de deux ordres, les effets indésirables directs (liés à la dose et observés le jour de la prise du methotrexate) et les effets indésirables indirects (notifiés à distance du jour de prise). Ces effets étaient corrélés aux doses de methotrexate administrées et portaient sur six systèmes : nerveux, digestif, hématopoïétique, reproducteur, locomoteur et dermatologique. Les principaux effets indésirables directs étaient représentés par des symptômes constitutionnels (59%), des atteintes gastro-intestinales (24%) et nerveuses (17%). Les effets indésirables indirects observés portaient sur cinq systèmes : nerveux, hématopoïétique, ostéo-articulaire, dermatologique et reproducteur. Le système nerveux était le plus concerné (63,64%), suivi des systèmes hématopoïétique (31,82%) et ostéo-articulaire (27,27%). Vingt patients (90,91%) avaient notifié une amélioration de leur état général avec disparition des signes inflammatoires chez 18 patients (81,82%). La rémission de la douleur était effective chez 10 patients (45,45%) et la mobilité des articulations constatée chez cinq patients (22,73%). Un taux de satisfaction au traitement de 90,90% avait été relevé.

Conclusion : Au Cameroun, le methotrexate est le premier traitement de fond utilisé dans la chimiothérapie des RIC. Bien que son observance thérapeutique représente un atout majeur à la rencontre des objectifs médicaux, plus du tiers des patients dans cette étude avaient déclaré une mauvaise observance pour des raisons diverses.

Mots clés : Observance, methotrexate, rhumatisme inflammatoire chronique, connectivite, polyarthrite rhumatoïde.


********************************************************************************************