Evaluation in vitro de l’activité antibactérienne d’une recette traditionnelle à base des écorces de tronc de Spathodea campanulata P.Beauv et d’Albizia gummifera (J.F. Gmel.) C.A. Sm.

Hervé Narcisse BAYAGA (bayagaherve@yahoo.fr)
Pharmacognosie et Chimie Pharmaceutique, Université de Yaoundé I
June, 2017
 

Abstract

Inroduction: Les maladies infectieuses constituent un véritable problème de santé publique dans le monde. Les antibiotiques sont des médicaments utilisés pour traiter et prévenir ces infections. Cependant, l’usage anarchique, inadéquat et abusif des antibiotiques en médecine humaine et vétérinaire seraient à l’origine de l’émergence de bactéries multi résistantes, des échecs thérapeutiques et des coûts élevés de traitements antimicrobiens. De nombreuses études ont révélés l’utilisation en médecine traditionnelle d’Albizia gummifera et de Spathodea campanulata. D’autres études ont démontrés l’activité antibactérienne in vitro des extraits de chacune de ces plantes. Ces études ne nous renseignent pas sur le pouvoir antimicrobien réel qu’aurait l’association de ces deux espèces végétales, qui à ce jour n’avait encore fait l’objet d’aucune investigation à notre connaissance. Ainsi, cette étude a été initiée avec pour objectif général de contribuer à la prise en charge des maladies infectieuses d’étiologie bactérienne.
Matériel et Méthodes: Pour chaque plante et mélanges des deux plantes dans les proportions 25/75, 50/50 et 75/25 (m/m), nous avons procédé à une extraction par décoction et par macération, avec comme solvants d’extraction respectifs l’eau et le système solvant éthanol/eau 50% (v/v). Un screening phytochimique des différents extraits a ensuite été effectué. L’activité antibactérienne des différents extraits a été évaluée par la détermination de la Concentration Minimale Inhibitrice (CMI) et de la Concentration Minimale Bactéricide (CMB) de chaque extrait vis-à-vis de deux souches bactériennes des espèces Staphylococcus aureus ATCC BAA-977 et Escherichia coli ATCC 25922. La nature des interactions entre Albizia gummifera et Spathodea campanulata a été déterminée par l’interprétation du Fractionnal Inhibitory Concentration Index (FICI).
Résultats: Les rendements d’extraction obtenus étaient compris entre 6,9 et 10,26 %. La moyenne du rendement de l’extraction aqueuse (9,44 %) était supérieure à celle de l’extraction hydroéthanolique (7,75 %). Des métabolites secondaires à activité antibactériennes ont été mis en évidence dans les extraits d’écorces, ainsi que dans les mélanges d’écorces des deux espèces végétales retenues pour l’étude. Les différents extraits ont inhibé la croissance bactérienne visible de toutes les souches bactériennes testées. Cependant, aucun extrait ne s’est révélé bactéricide aux concentrations utilisées. Des CMI comprises entre 3,125 et 12,5 mg/mL pour les extraits aqueux et entre 0,39 et 0,78 mg/mL pour les extraits hydroéthanoliques ont été obtenues vis-à-vis de la souche S. aureus. Celles observées sur E. coli étaient comprises entre 3,125 et 12,5 mg/mL pour les extraits aqueux et entre 6,25 et 12,5 mg/mL pour les extraits hydroéthanoliques. Parmi les extraits issus du mélange des deux plantes, l’extrait constituant le mélange d’Albizia gummifera (A) et Spathodea campanulata (S) dans les proportions respectives de 25/75, présentait la meilleure activité antibactérienne. Par ailleurs, les différentes valeurs de l’indice du FIC (FICI) obtenues avec l’extrait aqueux de ce mélange ont permis de conclure de l’existence d’un effet synergique entre les deux plantes vis-à-vis des deux inoculâ bactériens testés (FICI= 0,75 pour E. coli et 0,625 pour S. aureus). En revanche, un effet antagonique a été observé par l’extrait aqueux du mélange de ces deux plantes dans des proportions respectives de 75/25 vis-à-vis de S.aureus (FICI= 2,5).
Conclusion: Cette étude a montré que les écorces de tronc d’Albizia gummifera et Spathodea campanulata constituantes d’une recette traditionnelle obtenue de tradipraticiens à Akonolinga, possédaient des métabolites secondaires à activité antibactérienne. L’association des deux espèces végétales dans des proportions précises, permettait d’améliorer l’activité antibactérienne grâce à un effet synergique. Ces résultats justifient l’usage empirique de ces plantes ainsi que de leur mélange dans la prise en charge des maladies infectieuses et par conséquent, fait du mélange Albizia gummifera et Spathodea campanulata dans les proportions 25/75, un potentiel candidat pour le développement d’un Médicament Traditionnel Amélioré (MTA).


Mots clés: Albizia gummifera, Spathodea campanulata, Activité antibactérienne, Interaction, Recette


********************************************************************************************