Autopsie verbale et sociale des décès des enfants en communauté dans la ville de Yaoundé

Brice Kevin KOLLO NZIMA (kevinbricenzima@yahoo.fr)
Pediatrie, Université de Yaoundé I
June, 2017
 

Abstract

INTRODUCTION
En 2015, les enfants de 0-14 ans représentaient 26% de la population mondiale, 2015 marque aussi la fin de l'ère des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), au cours de laquelle le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans devait diminuer des 2/3. Mais bon nombre de pays en développement comme le Cameroun sont en déca de la cible. L'année 2016 quant à elle représente le début de la mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable (ODD) à atteindre en 2030, parmi lesquelles la cible 3.2 est d’éliminé les décès évitables de nouveau - nés et d’enfants de moins de 5 ans d’ici 2030. Pour planifier la façon d'éliminer, il est nécessaire d'obtenir des informations sur la répartition actuelle des causes de décès d'enfants. En outre, les données disponibles sur les décès et leurs causes reposent sur des systèmes d’enregistrement peu performants ainsi on fait donc de plus en plus appel aux données relatives aux causes de décès provenant des autopsies verbales. Au Cameroun, nous avons retrouvés 3 études d’autopsie verbale recherchant les causes de décès ainsi que leurs facteurs associées ; deux en zone rurale et une en zone urbaine. Nous avons réalisé cette autopsie verbale et sociale pour étudier les causes de décès d’enfants survenus à domicile dans la ville de Yaoundé. Ceci permettra de renforcer les actions sanitaires au niveau de la santé de l’enfant afin de réduire la mortalité

MATERIELS ET METHODES
C’était une étude transversale descriptive allant du 1er Mars 2017 au 31 Mai 2017 (5mois). Notre population d’étude était constituée des enfants décédés à domicile âgé entre 0-14 ans dans la ville de Yaoundé. Nous avons retenu la méthode d’échantillonnage en grappe. La clairance éthique a été obtenue du comité éthique et scientifique de la Faculté de Médecine et de Sciences Biomédicales et une autorisation d’enquête du préfet du Mfoundi. Les données ont été recueillies par une équipe de 28 enquêteurs de niveau d’instruction supérieur formé au préalable sur l’usage d’un questionnaire standardisé d’autopsie verbale de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), modifié selon les normes de l’OMS. L’analyse de ces données a été faite en deux étapes : l’analyse des dossiers d’autopsie verbale par 2 pédiatres assistés d’un sénior en cas de discordance de diagnostic et l’analyse des données à l’aide du logiciel SPSS 20.0


RESULTATS
Sur les 1409 ménages parcourus nous avons retrouvé 79 décès à domicile. Parmi les 79 enfants décédés, nous avons une prédominance des enfants de sexe masculin, qui représentent 46(58%) des enfants, contre 33(42%) de sexe féminin avec un sex ratio 1,39. La majorité des décédés (78,5%) avaient moins de 5 ans. Les premiers-nés (29,9%) étaient les plus représentés parmi les décédés. La plus part des mères avait entre 30 et 40 ans (35,1%) elles exerçaient une profession libérale (49,3%) et étaient de niveau d’instruction secondaire (51,9 %). Les pères étaient âgés entre 30 et 40 ans (49,1%) exerçaient une profession libérale (67,3%) et de niveau d’instruction secondaire (54,8%). La plupart des parents étaient mariés (70,5%) de classe socio-économique moins pauvre (53,2%) et 64,6% vivaient à moins de 500m d’une structure sanitaire.
Les causes majeures de décès étaient : le paludisme (18,9%), les traumatismes (13,9%). Les diarrhées (10,1%), la pneumonie (10,1%) et la méningite (6,3%).

CONCLUSION
La grande majorité des enfants qui décédaient à domicile étaient âgé de moins de 5 ans et à prédominance masculine. Les causes de décès les plus fréquentes étaient le paludisme, le traumatisme, la diarrhée, la pneumonie et la méningite. La plus part des parents étaient de niveau socioéconomique moins pauvre et vivaient a moins de 500 m d’une structure sanitaire

RECOMMANDATIONS
Nous recommandons de mener des études similaires à l’échelle nationale pour compléter les statistiques de décès, connaitre les grandes causes de décès selon leurs proportions respectives, afin d’orienter les efforts de santé vers des besoins les plus urgents ; faire une autopsie sociale pour connaitre les raisons de non recours aux soins et pouvant justifier ses décès afin de proposer des mesures de prévention ; d’organiser en communauté des séminaires pour améliorer les pratiques familiales et communautaires sur la prise en charge à domicile, la recherche des soins et la prévention des pathologies courantes; d’organiser des formations continues pour l’amélioration des compétences du personnel de santé sur les activités de santé communautaire afin d’éduquer la population sur les signes d’alerte des maladies des enfants et les recours aux soins.

MOTS CLES : Autopsie verbale et sociale, mortalité des enfants, Yaoundé


********************************************************************************************