Aspects épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques des états d'agitation chez les patients hospitalisés en réanimation

Jules Ghislain OWONO (julowon92@gmail.com)
Chirurgie et spécialités, Université de Yaoundé I
June, 2017
 

Abstract

Introduction : L’agitation est définie comme étant une perturbation du comportement moteur, psychique, relationnel de survenue brusque suscitant une relation d’intolérance de l’entourage et du milieu. C’est un signe qui traduit la présence d’une pathologie sous-jacente bien précise. Les différentes étiologies de l’agitation sont les pathologies psychiatriques, les pathologies organiques, les pathologies fonctionnelles, les causes toxiques et les troubles métaboliques. Les patients admis au service de réanimation présentent dans la plupart des cas une fonction vitale défaillante ce qui les prédispose aux états d’agitation. L’objectif de notre travail était d’étudier les données épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques des états d’agitation chez les patients hospitalisés en réanimation dans notre contexte.
Méthodologie : Il s’agissait d’une étude observationnelle prospective descriptive allant du 1er janvier 2017 au 31 mai 2017. Elle s’est déroulée dans les services de réanimation de l’Hôpital Central de Yaoundé et de L’Hôpital Gynéco-Obstétrique et pédiatrique de Yaoundé. Etait inclus tout patient hospitalisé ayant présenté un état d’agitation lors de son séjour en réanimation durant la période de l’étude. L’échantillonnage était consécutif. Les informations étaient collectées à l’aide d’une fiche technique en salle d’hospitalisation et auprès du personnel soignant. Elles concernaient l’âge ; le sexe; le motif d’admission ; les antécédents ; l’examen clinique; le bilan paraclinique ; le diagnostic étiologique de l’agitation ; le traitement et l’évolution. Les données étaient analysées à partir du logiciel Epi info version 3.5.2 et Microsoft Office Excel 2013. Les paramètres utilisés étaient descriptifs : la moyenne, l’écart-type et les pourcentages.
Résultats : Vingt-quatre (24) patients étaient inclus. La prévalence des états d’agitation parmi les patients hospitalisés en réanimation était de 4%. Le sexe féminin était plus représenté avec un sex-ratio de 3/1. L’âge moyen était de 42,4 ans avec comme extrêmes 16 et 81 ans. Le motif d’admission le plus retrouvé était la détresse cérébrale (79,2%). L’infection à VIH était l’antécédent médical le plus retrouvé (57,1%), la prise des anti-rétroviraux (35,7%) et de la pharmacopée traditionnelle (28,6%) étaient les antécédents médicamenteux majoritaires. Les crises survenaient entre le 1er et le 3ème jour d’hospitalisation. L’agitation était contrôlable dans (83,3%). Les crises avaient une durée moyenne de 21 min, il s’agissait de délire dans (79,2%). Les étiologies de l’agitation étaient dominées par la toxoplasmose cérébrale (29,2%), l’insuffisance rénale aiguë (20,8%), les méningoencéphalites (12,5%). L’examen morphologique le plus pratiqué était le scanner cérébral (100%), on y retrouvait des anomalies dans (50%) des cas. La prise en charge comprenait les moyens non pharmacologiques à savoir les mesures générales (pose d’une voie veineuse, hydratation, mise en place d’une sonde naso-gastrique et d’une sonde urinaire). L’association diazépam et phénobarbital par voie intraveineuse (95,8%) était le traitement donné en en urgence. Le traitement d’entretien était la monothérapie à l’hydroxyzine (70,8%) per os. Le traitement étiologique était dominé par l’administration des antibiotiques, des antalgiques et par des actes médicaux tels la transfusion sanguine et l’hémodialyse. Le délai de la prise en charge symptomatique était en moyenne de 19min. La complication la plus rencontrée était la somnolence (75%). L’évolution a été marquée par le décès dans (25%) des cas, (8,3%) des patients étaient transférés en psychiatrie et (66,7%) sont sortis pour leur domicile.
Conclusion : Les états d’agitation sont fréquents en réanimation. Les principales étiologies sont les pathologies organiques et les pathologies fonctionnelles. La prise en charge symptomatique est efficace mais l’évolution des patients agités dépend de la disponibilité des moyens pharmacologiques pour le traitement étiologique.
Mots clés : Agitation, Réanimation, Etiologies, Prise en charge.


********************************************************************************************