Prévalence des facteurs de risque cardiovasculaire chez le personnel du Centre Hospitalier et Universitaire de Yaoundé I

Lucie EBAH (ebah.lucie90@yahoo.com)
Médecine interne et spécialités, Université de Yaoundé I
June, 2017
 

Abstract

Introduction : Les maladies cardiovasculaires représentent un réel problème de santé publique dans le monde. L'Organisation Mondiale de la Santè (OMS) estime à 17,5 millions le nombre de personnes décédées en 2015, soit trente pour cent de l’ensemble des décès dans le monde. Plus de 80% de ces décès surviennent dans les Pays à Faible Revenu. Toutes les catégories sociales sont donc touchées. En effet, un rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sur les travailleurs, retrouve que, chaque année 12,2 millions de personnes, dans les pays à faible revenu, meurent de maladies non transmissibles à un âge où elles sont encore en activité professionnelle. Ceux-ci entrainent des pertes économiques importantes, alors que, Près de 70% des travailleurs n’ont pas d’assurance qui puisse les indemniser en cas de maladie ou d’accident professionnels. Cependant, dans la plupart des pays, la prise en charge sanitaire des travailleurs est basée sur le traitement médical plutôt que sur la prévention. C’est pourquoi nous avons mené une étude sur le dépistage des facteurs de risque cardiovasculaire chez le personnel du CHU de Yaoundé.

Objectif : Il s’agissait spécifiquement de décrire les caractéristiques sociodémographiques de notre population d’étude, de déterminer la prévalence des facteurs de risque cardiovasculaire, et d’estimer le risque cardiovasculaire au sein de cette population.

Méthode : nous avons mené une étude transversale descriptive au Centre Hospitalier et Universitaire de Yaoundé du 1er janvier au 31 mai 2017. L’étude a porté sur les travailleurs du CHUY. L’échantillonnage était consécutif et n’ont pas été inclus les femmes enceintes et les fiches males remplies par les participants. Les données recueillies étaient : les caractéristiques sociodémographiques (âge, le sexe, la profession), les paramètres anthropométriques (poids, taille, tour, taille), vitaux (tension artérielle et biologiques (glycémie à jeun). Le risque cardiovasculaire global a été calculé à l’aide du score de la ꞌꞌNational health and nutrition examination surveyꞌꞌ (NHANES). Les variables qualitatives ont été décrites par des pourcentages et les variables quantitatives par des moyennes ±écart-types.

Résultats : Nous avons recruté 253 participants. L’âge moyen était de 42,3±9,5ans. Le sexe féminin était prédominant. Nous avons identifié neuf facteurs de risque cardiovasculaire. La sédentarité était la plus fréquente (88,5%). Elle était suivie par la consommation inadéquate en fruits et légumes (75,5%), l’obésité abdominale (47,8), puis l’obésité à égalité avec le surpoids (35,2%), la consommation d’alcool à risque (32,8%). Enfin venaient l’hypertension artérielle (23,32%), le diabète (5,9%) et la consommation de tabac (0,8%). Le niveau de risque cardiovasculaire global était faible chez 87,01%, modéré chez 9,52% et élevé chez 3,46%. Le seuil de significativité était fixé à 5%.

Conclusion : Les FRCV étaient présents au sein du personnel hospitalier. Parmi ces FRCV la sédentarité venait au premier plan avec 88,5%. Le niveau de risque cardiovasculaire à cinq ans était élevé chez 3,46% de la population. Au vu de ces résultats nous interpellons les pouvoirs publics et tout le corps médical sur la surveillance des MCV et l’amélioration du cadre de vie du personnel hospitalier.

Mots-clés : Prévalence ; Facteurs de risque cardiovasculaire; Personnel hospitalier;Cameroun


********************************************************************************************