Utilisation clinique des antibiotiques en réanimation : impact pharmacothérapeutique et pharmaco-économique

Ariane Roger Ndzana
Chirurgie et spécialités, Universite de Yaoundé I
June, 2017
 

Abstract

Introduction: Les antibiotiques sont parmi les médicaments les plus prescrits en réanimation. L’analyse du dossier d’autorisation de mise sur le marché (AMM) d’un antibiotique montre qu’une prescription adéquate est suivie d’un taux de succès de 80 à 90%. Dans une étude récente conduite dans 60 services de réanimation français, ils représentaient 32% des dépenses de pharmacie. Sachant que ces patients sont le plus souvent issus de familles aux revenus modestes, la prescription des antibiotiques doit pouvoir prendre en compte le rapport coût-efficacité, d’où la nécessité d’évaluer l’aspect économique mais aussi le devenir du patient, dans la mise sur pied d’une thérapie antibiotique. L’objectif de notre travail était d’évaluer l’impact économique et thérapeutique lié à l’utilisation des antibiotiques dans les services d’anesthésie et réanimation des hôpitaux Central et Gynéco-Obstétrique et Pédiatrique de Yaoundé.
Méthodologie: Il s’agissait d’une étude de cohorte prospective s’étendant sur 5 mois allant de Janvier à Mai 2017. Etaient inclus tous les patients recevant un traitement antibiotique et hospitalisés dans les services de réanimation de HGOPY et HCY. L’échantillonnage était consécutif et non exhaustif. Les informations étaient collectées à l’aide d’une fiche technique. Elles concernaient l’âge, le sexe, l’indication de prescription, les antécédents d’antibiothérapie, les examens bactériologiques, les antibiotiques administrés, les effets indésirables, le coût du traitement. Les données étaient analysées à partir du logiciel Epi info version 3.5.4 et Microsoft Office Excel 2013. Les paramètres utilisés étaient la moyenne, l’écart-type, les pourcentages, les P-value.
Résultats : Trois cent trente-quatre (334) patients avaient été inclus, pour un total de six cent quatre (604) prescriptions d’antibiotiques : 490(81.1%), étaient des antibioprophylaxies, 114(18.8%)des antibiothérapies. Le sexe féminin était le plus représenté avec un sex-ratio Homme/Femme de 0,2. L’âge moyen était de 34.30 ± 15,12 ans. Concernant l'antibioprophylaxie, elle constituait l' indication de prescription d’antibiotiques la plus retrouvée (69.5%). Les sepsis étaient les indications cliniques les plus rencontrées dans le cadre de la mise sous antibiothérapie empirique (14.4%).
Les antibiotiques les plus prescrits étaient les pénicillines (56.8%), suivaient les céphalosporines (56.8%), et les aminosides (10.1%). Les antibiotiques prescrits étaient en majorité des spécialités pharmaceutiques (54.1%).
Le taux de prescriptions appropriées était de 36%. Lorsque la prescription était inappropriée, le critère «  durée » était le plus incriminé (70%), suivi du choix inapproprié des antibiotiques (21.3%), du dosage (15.6%), et du nombre de doses journalières inapproprié (7.5%).
Des 30 cultures positives, 24 étaient des bactéries à Gram négatif. Klebsiella pneumoniae était la bactérie la plus isolée dans les échantillons bactériologiques, suivi par Escherichia Coli (10%). Les douleurs abdominales (25%) étaient les effets indésirables les plus rencontrés. Suivies par les ballonnements et la diarrhée (20%).
Le coût total moyen du traitement dans notre population d’étude était de 42821FCFA. Le coût moyen du traitement pour les patients sous prescription appropriée était de 13235 FCFA, antibiothérapie inappropriée 14128FCFA, ces résultats n’étaient pas statistiquement significatifs (p=0.93).Des en334 patients hospitalisés dans les services de réanimation des 2 hôpitaux, 68 (20.4%) sont décédés, et 266 ont eu une amélioration de leur état de santé.
La durée moyenne d’hospitalisation pour les patients sous antibioprophylaxie (n= 238) était de 3 jours avec un minimum de 1 jour et un maximum de 38 jours.
Conclusion : L’utilisation optimale et rationnelle des antibiotiques est indispensable pour un meilleur suivi des patients en unité de réanimation.


********************************************************************************************