Comorbidités et mortalité associées aux rhumatismes inflammatoires chroniques chez les patients suivis à l'Hôpital Central de Yaoundé

Lylian Vances EBOA (vanceslylian@yahoo.fr)
MEDECINE INTERNE, UNIVERSITE DE YAOUNDE I
June, 2017
 

Abstract

Introduction : Les rhumatismes inflammatoires chroniques (RIC) sont un groupe d’affections ayant en commun des manifestations articulaires et un processus auto-immun ou auto-inflammatoire comme mécanisme pathogénique. Ce groupe de pathologie est généralement associé à des comorbidités et à une mortalité qui demeurent mal connues dans notre pays. C’est pour cette raison que nous avons entrepris cette étude à l’Hôpital Central de Yaoundé (HCY) avec pour but de déterminer les comorbidités et la mortalité chez les patients suivis à l’HCY pour RIC.
Méthodologie : Notre étude était transversale rétrospective et a porté sur les dossiers des malades suivis sur une période allant de 2004 à 2016. Etaient inclus, tout patient âgé d’au moins 18 ans, ayant un dossier complet et suivi pour RIC à l’Hôpital Central de Yaoundé. L’échantillonnage était exhaustif. La collecte des données s’est faite à l’aide d’une fiche technique préalablement établie et testée. L’analyse statistique a été faite grâce au logiciel SPSS version 23.0. L’association entre les variables qualitatives a été établie grâce au test du Chi² si l’effectif théorique était supérieur à cinq et grâce au test de Fisher exact si la dite condition n’était pas vérifiée. La régression logistique nous a permis d’identifier les facteurs indépendamment associés au décès. La significativité statistique était considérée pour une valeur P inférieure à 0,05.

Résultats : Au total nous avons recruté 206 patients dont 168 femmes (81,6%) et 38 hommes (18,4%). L’âge moyen des patients au moment du diagnostic était de 41,14±16,08 ans avec les extrêmes de 18 et 83 ans. Les RIC les plus fréquents étaient : la polyarthrite rhumatoïde (90 cas soit 43,7 %), le lupus érythémateux systémique (39 cas soit 18,9%) et la connectivite mixte (26 cas soit 16,6%). Le délai médian entre le début des symptômes et le diagnostic était de 1 an avec les extrêmes de 1 mois et 30 ans. Le syndrome inflammatoire était présent chez 73,8% des patients. L’anomalie radiologique la plus observée était la déminéralisation osseuse avec une fréquence de 31,4%. Concernant le traitement, 64,6% des patients recevaient des antalgiques, 20,4% recevaient des AINS, 86,4% recevaient des corticoïdes, 93,7% bénéficiaient d’un traitement de fond classique, 8,7% bénéficiaient du traitement immunosuppresseur  et une kinésithérapie a été effectuée chez 10% de patients. Les comorbidités étaient présentes chez 150 patients soit 72,8%. Les plus fréquentes étaient infectieuses avec 79 cas (38,3%), suivies des comorbidités hématologiques avec 60 cas (29,1%), ostéoarticulaires avec 36 cas (17,5%) et cardiovasculaires avec 35 cas (17%). La mortalité associée aux RIC était de 11,7%. Les facteurs associés à la mortalité après analyse par régression logistique étaient : une durée d’évolution de la maladie >10 ans (valeur p = 0,008 ; OR =307) ; l’infection par le VIH (valeur p = 0,048 ; OR = 102,7). L’usage du méthotrexate (valeur p = 0,013 ; OR = 0,006) et le lieu d’habitation (valeur p = 0,006 ; OR = 0,004) apparaissaient comme des facteurs protecteurs.
Conclusion : Les RIC dans notre population sont associés à de nombreuses comorbidités qui sont principalement : infectieuses, hématologiques et ostéoarticulaires. La mortalité est de 11,7% et est associée notamment à plusieurs facteurs dont les comorbidités.
Mots clés : rhumatisme inflammatoire chronique ; comorbidité ; mortalité ; polyarthrite rhumatoïde ; Cameroun.


********************************************************************************************