Tumeurs cérébrales : quel algorithme pour une prise en charge utile et efficiente à l'Hôpital Central de Yaoundé

Bertrand Olivier Bito (olivierbertrandbito@yahoo.com)
Chirurgie et spécialités, Université de Yaoundé I
June, 2017
 

Abstract

Introduction
Les tumeurs cérébrales désignent l’ensemble des processus expansifs intracrâniens bénins ou malins se développant dans le parenchyme cérébral. Leur rareté relative et leur grande diversité histologique représentent un véritable problème de santé publique à cause de la mortalité et de la morbidité qui les accompagnent. Bien que des avancées considérables sur les techniques d’imagerie visant à améliorer l’approche diagnostic et thérapeutique des tumeurs cérébrales ont été réalisés, l’effet escompté dans les pays à revenu limité ne sait pas fait ressentir. En outre, une prise en charge universelle des tumeurs cérébrales n’a pas encore été définie. C’est pourquoi nous avons décidé de mener une étude portant sur les tumeurs cérébrales: quel algorithme pour une prise en charge utile et efficiente à l’hôpital central Yaoundé ?

Méthodologie
Notre étude était transversale descriptive. Elle a été menée dans le service de neurochirurgie de l’Hôpital Central de Yaoundé durant 06 mois, et a couvert une période de 05 ans 06 mois. La population d’étude était constituée de dossiers médicaux de patients opéré pour tumeur cérébrales et ayant eu un diagnostic de certitude histologique pendant la période d’étude. De manière pratique, les données étaient collectées à l’aide d’une fiche technique préétablie sous forme de questionnaire visant à recueillir les informations sur le plan sociodémographique, les données de la clinique, la para-clinique, l’histologie et le traitement administré. Les analyses statistiques ont été effectuées par les logiciels Excel version 2013 de Microsoft® et Epi-info dans sa version 3.5.4. Les données qualitatives ont été décrites par les effectifs et les pourcentages, et les données quantitatives par les indicateurs de tendance centrale.

Résultats

Nous avons pu répertorier 121 tumeurs cérébrales. La confirmation histopathologique a été obtenue dans 98 cas. Le sexe masculin a été retrouvé dans 46 cas, soit (46,9%) et le sexe féminin dans 52, soit (53,1%). L’âge moyen de la série était de 40,3± 16,2 avec des extrêmes de 05 et 78 ans. La profession petit indépendant (21,4%) a été prédominante. Les types histologiques sont largement dominées par les méningiomes (49%), après viennent les adénomes hypophysaires (18,4%), les astrocytomes (11,2%), les glioblastomes 5,1%), les craniopharyngiomes (5,1%) et les métastases (3,1%). Les autres tumeurs sont peu représentées. Des cinq protocoles identifiés, le type I qui stipulait l’acte chirurgical sans recours aux bilans d’extension a été le plus utilisé. L’arbre décisionnel que nous avons conçu est scindé en deux branches principales après un examen clinique complet et l’imagerie par résonnance magnétique. La première branche prenant en compte les lésions uniques est divisée en deux branches dépendant de la présence ou non d’un antécédent de cancer. En cas d’absence d’un antécédent de cancer, le traitement est directement fonction de la nature histologique si la lésion est primaire, et se fait après la réalisation des bilans d’extension si la lésion est secondaire. Lorsque qu’un antécédent de cancer est connu le traitement est fonction de la nature histologique de ce dernier. La deuxième branche tient en compte les lésions multiples et dépend de la présence ou non d’un cancer primitif. Si le cancer primitif est connu le traitement est systématique et se fait après réalisation des bilans d’extension, par contre s’il est connu, le traitement est fonction de sa nature histologique. La prise en charge était essentiellement médico-chirurgicale et souvent associée à une radiothérapie et à une chimiothérapie.

Conclusion
Les tumeurs cérébrales ont longtemps été considérées comme des pathologies rares, mais elles se font de plus en plus fréquentes dans notre milieu. Leurs grandes variétés histologiques associées parfois à la mauvaise qualité des plateaux techniques rendent leur prise en charge difficile. La plupart d’entre elles sont primaires et bénignes. Le type histologique le plus fréquent est représenté par les méningiomes. Elles peuvent survenir à tout âge et indépendamment du sexe, d’où l’intérêt d’y penser devant tout syndrome d’hypertension intracrânienne, de comitialité et de signes de focalisation. Une prise en charge des tumeurs cérébrales qui se veut efficiente et de bonne qualité doit passer par l’acte chirurgicale, si indication posée, avant la réalisation des bilans d’extension.

Mots clés : Tumeurs cérébrales, arbre décisionnel, Yaoundé.


********************************************************************************************