Accidents domestiques chez l'enfant et facteurs de mauvais pronostic à l'Hopital Gynéco-Obstétrique et Pédiatrique de Yaoundé

Ornela Lovelda Dongmo (ornelovelda@gmail.com)
Chirurgie et spécialités, Université de Yaoundé I
June, 2017
 

Abstract

Introduction : Les accidents domestiques sont des traumatismes non intentionnels de la vie courante, survenant dans le domicile ou ses abords immédiats. Ce sont des problèmes majeurs de santé publique dans le monde car pourvoyeurs de nombreux décès surtout chez les enfants. Cependant, dans le contexte Africain où les gouvernements sont plus orientés vers la lutte contre les maladies infectieuses et les carences nutritionnelles, ils sont mal documentés et leurs épidémiologies peu connues. Au Cameroun, très peu d’études ont été publiées sur ce sujet, justifiant ainsi la réalisation de ce travail intitulé "Accidents domestiques chez l’enfant et facteurs de mauvais pronostic à l’Hôpital Gynéco-Obstétrique et Pédiatrique de Yaoundé".

Objectif : Donner les caractéristiques et les facteurs de mauvais pronostic des accidents domestiques chez l’enfant.

Méthodologie : Nous avons mené une étude rétrospective sur 5 ans, couvrant la période de Janvier 2012 à Décembre 2016, à l’Hôpital Gynéco-Obstétrique et Pédiatrique de Yaoundé. Elle s’est déroulée sur une durée de 4 mois soit de Janvier à Avril 2017. Ont été inclus les patients de 0 à 15 ans, hospitalisés pour accident domestique; l’échantillonnage étant fait de manière consécutive. Les données sociodémographiques, cliniques et l’évolution en cours d’hospitalisation étaient recueillies à partir des dossiers médicaux et reportées dans une fiche préalablement établie. L’analyse des données s’est faite grâce au logiciel SPSS version 23. Une analyse univariée puis multivariée a été faite à la recherche des facteurs associés aux décès. L’étude a été approuvée par le comité d’Ethique de la Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales.

Résultats : Entre Janvier 2012 et Décembre 2016, il y’a eu 361 enfants hospitalisés pour accident domestique pour un total de 51431 hospitalisations de femmes et d’enfants quelque soit la pathologie ; soit une fréquence hospitalière globale de 0,7%.
Les enfants de sexe masculin étaient les plus représentés (61%) ; le sex ratio était de 1,58. L’âge moyen des enfants victimes était de 44.2 ± 43.4 mois, la médiane était de 24 (15 – 72) mois. Presque tous les enfants (93,3%) résidaient en zone urbaine avec leurs mères en âgées entre 25 et 35 ans pour la plupart (61,5%) et possédant un emploi (57,3%).
En ce qui concernent les accidents retrouvés et leurs causes, les brûlures occupaient la première place (45,0%) et étaient causées en majorité par les liquides chauds (81,6%) ; suivies des chutes (25,0%) principalement de hauteur (76,8%). Les intoxications occupaient la troisième place (23,5%) et étaient en majorité dues aux ingestions de pétrole (35,1%.) ; venaient ensuite les traumatismes par objets (3,0%), les corps étrangers (2,5%) et les noyades (0,9%). Dans 39,4% des cas, l’accident s’était produit en cuisine et en journée (94,5%).
A propos du comportement des parents après la survenue de l’accident, près de la moitié (50,1%) effectuaient un premier geste à domicile avant d’amener leur enfant en consultation. Ces gestes consistaient au refroidissement de la zone brulée (42,2%), aux vomissements provoqués (23,1%) et à faire boire de l’huile, lait, miel (19%) en cas d’ingestion de toxiques. Le délai entre l’accident et la consultation était inférieur à 3heures dans 40,1% des cas. A l’admission, 15,0% des patients présentaient une altération de la conscience. Les brûlures étaient graves chez 83,0 % des patients et de 2nd degré superficiel (78,2%). Les intoxications étaient légères (grade 1) dans 62,3% des cas ; tandis que les accidents traumatiques étaient des traumatismes crâniens (45,4%) et de fractures de membres (41,2%). La principale localisation des corps étrangers était laryngo-trachéo-bronchique (75,0%).
La durée médiane de séjour était 6(3- 12) jours avec un minimum de 1 jour et un maximum de 48 jours. Cette durée était plus longue chez les enfants victimes de brulures (p<0,001). Les complications en général étaient dominées par les infections des plaies (56%) et les pneumonies (24,6%). L’évolution était favorable chez dans la majorité des patients (85,1%), mais Il y’a eu 40 décès (soit un taux de létalité de 13,9%), survenus majoritairement chez les enfants brulés (27 cas soit 67,5%).
Les facteurs de mauvais pronostic associés au décès étaient : La provenance d’une autre structure sanitaire (OR= 5, IC= 1,25- 12,5, p= 0,02) et la survenue de complications (OR= 37,8, IC= 3- 461,5, p= 0,04).

Conclusion : Les accidents domestiques chez l’enfant étaient fréquents et caractérisés par une fréquence élevée des décès. La provenance d’une autre structure sanitaire et les complications aggravaient le pronostic avec pour corollaire un taux élevé de décès en cours d’hospitalisation. D’où la nécessité de sensibiliser les populations de Yaoundé sur les dangers, la prévention et les attitudes à adopter lors de la survenue des accidents.

Mots clés : Accidents domestiques; types d'accident; enfant; facteurs de mauvais pronostic; Yaoundé.


********************************************************************************************