Evaluation de l’efficacité et du coût du Misoprostol comparés à l’aspiration manuelle intra-utérine dans le traitement des avortements incomplets à Yaoundé

CARIN GLADY KIAR AWOU (kiarcarin@yahoo.fr)
Gynécologie et Obstétrique, Université de Yaoundé I
June, 2017
 

Abstract

Introduction
Selon l’OMS, l’avortement est l’expulsion d’une partie ou de la totalité du produit de conception pesant moins de 500 grammes et avant la 22e semaine d’aménorrhée dans les pays développés, avant la 28e semaine d’aménorrhée dans les pays en développement et pesant moins de 1000 grammes. Il est dit incomplet lorsque l’expulsion est partielle. Il représente 30 - 40 % des mortalités maternelles au Cameroun. Un traitement efficace et moins coûteux constitue un moyen important de réduire la morbidité et la mortalité relatives aux avortements incomplets. L’aspiration manuelle intra-utérine (AMIU) constitue la méthode la plus utilisée, mais nécessite des prestataires qualifiés. Les méthodes médicamenteuses nécessitent peu de ressources et le Misoprostol constitue la forme la plus courante de traitement médicamenteux offrant aux femmes souhaitant éviter une chirurgie, un traitement alternatif efficace

Objectifs
En général, il était question d’évaluer l’efficacité thérapeutique et le coût global du traitement des avortements incomplets en utilisant le Misoprostol comparé à l’aspiration manuelle intra-utérine. De façon spécifique, il fallait décrire le profil sociodémographique et clinique des patientes présentant un avortement incomplet, déterminer le pourcentage des avortements incomplets traités efficacement avec le Misoprostol et l’AMIU, comparer le coût global du traitement, les différents effets secondaires et la satisfaction des patientes pour chacune des méthodes.

Méthodologie :
Du 15 décembre 2016 au 15 mai 2017, nous avons mené une étude randomisée simple à la maternité principale de l’HCY et à l’HGOPY, ladite étude a porté sur un total de 136 femmes enceintes avec un âge gestationnel ≤12 SA admises pour avortement incomplet. Huit-cent microgrammes (800 μg) de Misoprostol administré par voie vaginale et l’AMIU étaient les deux traitements randomisés. La randomisation était faite selon le modèle AMIU — MISOPROTOL — AMIU. Les données étaient analysées à partir du logiciel SPSS version 23.0

Résultats
Cent trente-six (136) patientes étaient incluses, soixante-huit patientes (68) ont reçu le Misoprostol et les soixante-huit (68) autres l’AMIU. La tranche d’âge la plus représentée était 20 à 29 ans, l’âge moyen était de 25,5 ± 6,9 Ans. Cinquante-six femmes (56) dans le groupe traité par le Misoprostol ont complètement expulsé leur produit de conception (82,4 %) tandis que la totalité des patientes (100 %) traitées par AMIU a connu le même résultat. Cette différence était statistiquement significative (p = 0,007). Les patientes traitées par le Misoprostol avaient quatre (4) plus de chance de dépenser moins d’argent pour leur prise en charge globale que celles qui ont été traitées par AMIU (Misoprostol = 7590 ± 6573 francs CFA, AMIU = 27 344 ± 2304 francs CFA, t <0,001).
Les patientes traitées avec le Misoprostol avaient huit fois plus de risques de développer des nausées et vomissements comparés aux patientes traitées par AMIU (Misoprostol = 57,3 %, AMIU = 7,3 %, RR=16,9 [95 % CI = 6,0 - 47,4. valeur p<0,001], cette différence était statistiquement significative. Le risque de développer une diarrhée chez les patientes traitées avec le Misoprostol était plus élevé que chez celles qui ont été traitées par AMIU (Misoprostol = 35,3 %, AMIU = 4,4 %, RR=11,8 (95 % CI = 3,3 – 41,6). Cinquante-neuf (86,7 %) patientes ayant reçu le traitement par le Misoprostol ont déclaré être très satisfaites contre vingt-trois (33,8 %) patientes traitées par AMIU.
Cinquante-sept (83,8 %) patientes ayant reçu le Misoprostol déclarent accepter la méthode une seconde fois et cinquante-neuf (86,7 %) déclarent conseiller la méthode à une proche tandis que quarante-quatre (64,7 %) des patientes traitées par AMIU déclarent accepter la méthode une seconde fois et trente-sept (54,4 %) déclarent conseiller la méthode à une proche.

Conclusion
Une dose de 800 μg de Misoprostol par voie vaginale, bien que moins efficace et présentant plus d’effets secondaires que l’AMIU constitue un traitement alternatif stable, efficace, acceptable et moins coûteux dans la prise en charge des avortements incomplets ≤12 SA.

Mots clés : avortement incomplet, Misoprostol, aspiration manuelle intra-utérine, prise en charge


********************************************************************************************