Profil chimique et détermination des propriétés antibactériennes des flavonoïdes de Schumanniophyton magnificum (K.Schum) Harms

Roely BAYEBEC
Pharmacognosie et Chimie Pharmaceutique, Université de Yaoundé I
June, 2017
 

Abstract

Introduction : Les maladies infectieuses sont l’une des principales causes de décès dans le monde. Pour y pallier, des antibiotiques sont administrés aux patients. Toutefois, l’abus d’utilisation de ces molécules peut dans certains cas être à l’origine de résistances. Il est donc du plus grand intérêt d’envisager de nouveaux moyens de prise en charge thérapeutique, au rang desquels la phytothérapie. Cette pratique habituellement définie comme le traitement des maladies par les plantes, est utilisée depuis des siècles par les populations du monde, parmi lesquelles celles du Cameroun. Les métabolites secondaires des plantes possèdent des propriétés anti-infectieuses très intéressantes. Dans le but de contribuer à l’amélioration de la prise en charge des infections bactériennes, une étude explorant le potentiel antibactérien des métabolites secondaires de Schumanniophyton magnificum (K.Schum) Harms a été conduite.

Matériel et Méthodes : Le bois et les écorces de tronc de Schumanniophyton magnificum (K.Schum) Harms ont été récoltés et extraits selon deux méthodes. La première consistant en une macération utilisant le méthanol comme solvant a permis l’obtention d’extraits bruts. La seconde mettait en œuvre des solvants de polarité croissante aboutissant à des extraits enrichis aux flavonoïdes. Le profil chimique des extraits a été déterminé par chromatographie sur couche mince (CCM) sur silice, élués au mélange hexane-acétate d’éthyle (50-50 ; v/v), et par des réactions colorimétriques. L’activité antibactérienne a été évaluée par deux techniques : la diffusion en milieu gélosé et la microdilution en milieu liquide. L’antibiotique de référence était l’ampicilline. Les bactéries retenues pour l’étude étaient Enterococcus faecalis ATCC 51299, Staphylococcus aureus ATCC 43300, Escherichia coli ATCC 25922, Klebsiella pneumoniae ATCC 70063, Salmonella enterica NR 13556, Shigella flexneri NR 518.

Résultats : Le criblage chimique a révélé la présence de flavonoïdes et de coumarines dans tous les extraits. Les alcaloïdes n’étaient présents que dans les extraits de bois du tronc. La CCM a confirmé la présence de flavonoïdes dans tous les extraits. La fraction acétate d’éthyle de l’écorce du tronc a montré la plus forte intensité en flavonoïdes. Les concentrations minimales inhibitrices (CMI) les plus fortes étaient obtenues avec la fraction acétate d’éthyle de l’écorce du tronc entre 1.25 et 2.5 mg/mL. L’effet observé était bactéricide pour tous les extraits.

Conclusion : Cette étude a montré la présence dans les écorces et bois du tronc de Schumanniophyton magnificum de nombreux métabolites secondaires. Une activité antibactérienne a été mise en évidence dans tous les extraits. Elle a été plus élevée pour les fractions à l’acétate d’éthyle. Ces résultats justifieraient l’utilisation réservée à cette plante par les populations à faible pouvoir d’achat, dans le traitement de maladies infectieuses.

Mots clés : Schumanniophyton magnificum – Flavonoïdes - Maladies infectieuses – Activité antibactérienne


********************************************************************************************