OBSERVANCE THERAPEUTIQUE DES ANTIRETROVIRAUX CHEZ LES ENFANTS DE 4 A 10 ANS AU CENTRE MERE ET ENFANT

Sandrine EKANGO (sandrinecinelle@gmail.com)
Pédiatrie, Université de Yaoundé I
June, 2018
 

Abstract

Introduction : L’observance au traitement antirétroviral est un problème majeur chez l’enfant infecté par le VIH car elle pose des défis particuliers. Elle dépend des parents qui administrent le médicament à leur enfant. L'efficacité de la thérapie antirétrovirale dépend d'un niveau quasi-parfait d'observance du patient.
Objectifs : Evaluer l’influence de l’observance sur le profil clinique et virologique chez les enfants infectés par le VIH avant la préadolescence.
Méthodologie : Une étude transversale à visée analytique a été menée au Centre Mère et enfant de la Fondation Chantal Biya, du janvier 2018 à avril 2018. Dans cette étude 211 enfants ont été recruté (4-10ans). Les données ont été recueillies au cours d’un entretien guidé sur un questionnaire guidé. Le traitement des données quantitatives a été réalisé grâce au logiciel SPSS version 21 et Microsoft Excel 2013. L’observance a été mesurée à travers les déclarations des parents. Etaient observant ceux qui avaient une observance estimée et déclarée supérieure à 95%. La charge virale a été considéré indétectable lorsqu’elle était ≤ 1000 copies/ml de sang. L'analyse bi-variée et le modèle de régression logistique ont été utilisés pour la détermination des facteurs cognitifs des parents liés à l’observance.
Résultats : Le taux d’observance déclarée était de 90,4% pour les prises des antirétroviraux dans les deux dernières semaines. Le taux estimé était de 114% pour la bonne observance, 47,9% pour la moyenne observance et 40,8% pour l’observance insuffisante. La majorité des enfants avait un bon état nutritionnel (88,1%). La plupart était au stade clinique I de l’OMS (92,9%). Parmi les 185 enfants qui avaient des charges virales disponibles, 67% d’entre-eux avaient une charge virale indétectable. D’après l’analyse bi-variée, les Facteurs cognitifs qui ont été significativement associés à l’observance étaient : la culpabilité, l’estime de soi, les conseils demandés en cas de soucis, et le partage du statut avec les amis et/ou la famille. L’analyse multivariée avait montré que ces facteurs influençaient négativement l’observance. Aussi les enfants qui avaient les mamans biologiques sous la responsabilité des parents biologiques étaient plus susceptibles d'être observant que les autres.
Conclusion : Chez les enfants avant la préadolescence, le taux d'observance estimé était faible, la quasi-totalité avait une bonne croissance staturo-pondérale et était au stade 1 de l’OMS. Des mesures sont nécessaires pour résoudre ce problème, y compris des stratégies tendant à l'amélioration du soutien psycho-social du parent.


********************************************************************************************