Pratique de l'échographie obstétricale par le personnel non radiologue à Yaoundé: itinéraires des femmes enceintes

Claude Yves BAH (claudebah284@yahoo.com)
Radiologie , Imagerie Médicale et Radiothérapie, Université de Yaoundé 1
June, 2018
 

Abstract

Introduction : Au Cameroun, les normes en matière d’échographies ne sont encore pas établies. La pratique de l’échographie en grossesse connait ces dernières années l’affluence du personnel non radiologue. Nous nous sommes proposé de mener une enquête auprès des femmes enceintes afin de déterminer l’ampleur de la pratique de l’échographie obstétricale à Yaoundé
Objectifs : Déterminer l’ampleur de la pratique de l’échographie par le personnel non radiologue à Yaoundé
Méthodologie : Il s’agissait d’une étude transversale menée dans sept (07) formations sanitaires de la ville de Yaoundé de Février à Mai 2018. L’enquête a été réalisée par le biais d’un questionnaire pré-testé soumis aux femmes parvenues au troisième trimestre durant les consultations prénatales. Les données collectées étaient les caractéristiques sociodémographiques, la fréquence du recours, le nombre et le site de réalisation des échographies, les circonstances, les motivations, les préférences des femmes, le profil du personnel échographiste, les indications des échographies. Les données ont été analysées à l’aide des logiciels Epi-Info 7 ; R version 3.4.0. Les variables qualitatives ont été présentées sous forme de proportions et comparées à l’aide du test de Khi-carré. Le seuil de significativité était fixé à P< 0,05.
Résultats : Nous avons enrôlé 405 femmes enceintes dont l’âge moyen était 26,8±5,3 ans avec des extrêmes allant de 16 à 42 ans. Le nombre moyen d’échographies réalisées au cours de la grossesse était de 2,41±0,83 avec des extrêmes allant de 1 à 5 échographies. Dans cette population 178 (43,9%) ont eu recours au personnel non radiologue, 146 (35,7%) au radiologue. L’identité de l’échographiste n’était pas retrouvée chez 81 (19,7%). Concernant le recours au personnel non radiologue, 98 (55%) des femmes ont réalisé chez un gynécologue-obstétricien, 52 (29,2%) chez un technicien en Imagerie Médicale, 10 (5,6%) chez un médecin généraliste, 9 (5%) un infirmier et 9 (5%) une sage-femme. Les échographies étaient réalisées après consultation d’un personnel de santé, la plus réalisée étant l’échographie de routine. Les motifs quant au choix des femmes sur le site ou le personnel d’échographie ont été la recommandation des demandeurs, la proximité du centre d’échographie de la formation sanitaire, la renommée des centres d’échographies en externes, les habitudes de la femme.



Concernant les préférences en matières d’échographiste en grossesse, 207 (51,8%) des femmes enceintes ont préféré le gynécologue-obstétricien, 124 (30,6%) le médecin radiologue, 23 (5,4%) le médecin généraliste et 14 (4%) les infirmiers et sages-femmes. Des femmes interrogées, 8,7% n’ont pas témoigné de préférences. Le changement du centre d’échographie a concerné 147 femmes (31,6%) sans lien significatif avec les préférences. Les facteurs associés au recours du personnel non radiologue ont été le site de CPN, les préférences des femmes, la recommandation du demandeur.
Conclusion
Concernant la pratique de l’échographie par le personnel non radiologue à Yaoundé, près de la moitié des femmes enceintes a eu recours au personnel non radiologue lors de la grossesse, les gynécologues-obstétriciens et les techniciens en imagerie ont été les plus sollicités. Les femmes ont majoritairement préféré le gynécologue obstétricien. Les facteurs associés au recours sont le site de CPN, les préférences et la recommandation du prescripteur.
Fort de ceci nous recommandons humblement au Ministère de la Santé la mise en place de directives permettant de réguler de la pratique d’examen d’échographie en grossesse et aux hôpitaux un circuit d’orientation constant pour les femmes enceintes lors du besoin en échographie.


********************************************************************************************